Les applications métallisées par transfert à froid sont la nouvelle vedette des finitions. Pas seulement les étiquettes à encoller, mais de plus en plus aussi les étiquettes surmoulées (IML) et emballages de toutes sortes.

Un nouveau procédé Heidelberg offre en effet ici une grande variété d’effets assurant des expériences de marque fascinantes et une promotion des affaires. Jochen Pecht, chef de produit Sheetfed chez Heidelberg explique comment cela fonctionne et quels sont les avantages du transfert à froid avec FoilStar sur le plan du démarquage, de la rentabilité et de la durabilité.

À quoi la tendance au transfert à froid pour les étiquettes est-elle due ?

Se démarquer au point de vente, s’apparente désormais à la course du lièvre et du hérisson. À peine un produit se trouve-t-il dans les rayonnages sous un nouveau conditionnement, qu’on voit apparaître les premières imitations qui animent la spirale des nouvelles finitions. Cela signifie qu’il faut constamment trouver de nouvelles accroches pour stimuler les ventes. C’est d’autant plus vrai pour les produits haut de gamme des différentes marques. Vient s’y ajouter qu’avec l’estampage à chaud, la marge diminue lorsque le tirage baisse. Quant aux supports laminés d’aluminium, c’est le recyclage qui pose problème. Tout ceci plaide en faveur de la tendance au transfert à froid que l’on perçoit entre-temps au niveau mondial.

Pourquoi un nouveau procédé était-il nécessaire pour les étiquettes surmoulées ?

Parce que jusqu’à présent les effets métallisés sur film n’étaient réalisables qu’au prix de compromis en termes de qualité et de productivité. Les encres métallisées ne permettent pas d’obtenir le même brillant métallique que le film de transfert à froid. Et en offset UV à feuilles utilisé jusque-là, on n’avait pas réussi à obtenir un processus suffisamment stable pour le transfert à froid. Nous avons donc adapté un procédé éprouvé utilisé en format debout à notre Speedmaster XL 106. La brillance, l’adhérence et la fiabilité du processus obtenues sont désormais de nouvelles références dans le domaine de l’offset feuilles.

Quelles sont les particularités du FoilStar Cure ?

Tout d’abord la technologie LED-UV mise en œuvre. Elle assure une meilleure performance de séchage tout en réduisant l’apport de chaleur sur le film IML et la consommation d’énergie. En outre, nous avons procédé à des ajustements à des points clés. Cela nous a permis de perfectionner le transfert à froid pour la production IML industrielle.

Comment ça marche ?

Le film IML est enduit de colle LED-UV dans le premier groupe d‘impression. Les pigments d’aluminium sont appliqués dans le deuxième groupe d’impression. Grâce à la modification du guidage, la bande de film froid séjourne plus longtemps sur le cylindre d‘impression. Le film y est séché par le haut par notre sécheur DryStar LED Pro ce qui favorise la réticulation des pigments d’aluminium et de la colle. Résultat : nette amélioration de l’adhérence et de la brillance des pigments métalliques ainsi que de la stabilité du processus.

Pour quels produits et sur quels marchés FoilStar Cure est-il particulièrement demandé ?

Les propriétaires de marques et les détaillants apprécient les options de démarquage supplémentaires, surtout pour les produits alimentaires. Deux tiers des étiquettes surmoulées produites dans le monde sont destinés à ce marché. Lors d’un essai sur site, nous avons utilisé des consommables LED UV à faible migration - encres, colles et vernis - ainsi que des films à froid homologués pour un usage alimentaire. Bien qu’envoyée en Russie, la première machine a également servi à des projets en Europe et en Amérique du Nord. La Chine ne tardera pas à suivre.

Pourquoi le transfert à froid prend-il de plus en plus le dessus sur les autres procédés tels que l’estampage à chaud ou le laminage d‘aluminium ?

Le transfert à froid allie une large diversité d’effets et une vitesse de traitement élevée atteignant 15 000 feuilles/h. Tous les effets métallisés voulus sont réalisables en ligne en une seule passe. Le film de transfert à froid est généralement de couleur argent, mais il existe aussi des films préconfectionnés dans les couleurs or, bronze ou cuivre ainsi qu’avec des effets holographiques ou arcs-en-ciel. Sinon, il est également possible de surimprimer les pigments d’aluminium directement après le travail dans un même passage dans la machine avec des encres de processus ou encres spéciales. Il est même possible d’appliquer en ligne une couche finale de vernis pour obtenir un effet optique ou haptique particulier tel que mat, brillant ou Soft Touch. Ceci sans temps d’attente ni frais supplémentaires d’outil pour formes de gaufrage par ex. Le procédé de transfert à froid est ainsi nettement plus rapide, plus souple et moins coûteux que l’estampage à chaud, ce qui est un net avantage dans le contexte de tirages plus faibles.

Avantage en matière de durabilité ?

Les emballages à finition par transfert à froid sont recyclables, car les pigments d’aluminium déposés sur le support d’impression se détachent durant le processus de recyclage. De plus, les longueurs de cycle du FoilStar sont réglables en fonction du sujet imprimé. Les pigments d’aluminium ne sont transférés qu’aux emplacements définis de l‘emballage. Cela permet, selon le sujet, d’économiser jusqu’à 80 pour cent de matière, de respecter l’environnement et de réduire les frais de matériel. Les propriétaires de marques n'ont donc aucun souci à se faire sur le plan de la durabilité.

Pour quelles machines le FoilStar est-il disponible ?

Il s’agit des séries Speedmaster XL 75, CX 102, CD 102 et XL 106. Le FoilStar peut être monté en post-équipement sur les séries Speedmaster XL 105 et CD 74. Le Foilstar Cure est disponible à ce jour pour la XL 106.


Sie möchten mehr erfahren?

Kontaktieren Sie unseren Experten:

Jochen Pecht

Comment pouvons-nous vous aider ?

Merci de remplir le formulaire ci-dessous afin que nous puissions répondre à votre demande. *Ces champs sont obligatoires.