Contact

Demander une offre

Monsieur Dembinski, comment votre entreprise veut-elle être perçue sur le marché ?

Robert Dembinski : Comme l’imprimerie la plus moderne et la plus innovante de Rhénanie-du-Nord/Westphalie (Allemagne). Ça peut paraitre prétentieux, mais c’est comme ça que nous aimerions être perçus, et c’est notre orientation. C’est aussi pourquoi nous accordons une importance particulièrement grande à toujours travailler avec l’équipement le plus moderne du marché.

C’est pour ça que vous avez opté pour le modèle de souscription ?

Robert Dembinski : Notre grande chance est d’avoir une maison d’édition comme société mère. Le modèle de souscription était malgré tout intéressant pour nous parce que nous nous demandons constamment comment continuer à optimiser notre imprimerie. Et là, le bouquet proposé par Heidelberg était exactement ce qu’il nous fallait.

Comment avez-vous appris son existence ?

Robert Dembinski : Fin 2017, nous voulions acquérir une nouvelle presse et avons lancé un appel d’offres. Heidelberg nous a présenté le modèle, qui n’était pas encore sur le marché à l’époque. L’approche nous a convenu d’emblée, et nous avons ainsi été la première imprimerie offset d’Allemagne à signer le contrat.

Qu’est-ce qui rend le modèle aussi attrayant pour vous ?

Robert Dembinski : C’est pour nous la méthodologie parfaite pour augmenter la performance. Je suis persuadé que nous n’aurions pu obtenir le même gain de performance par le seul achat d’une nouvelle presse – surtout pas en un temps si court.

{{ media.alt }}
 how_lensing_druck_is_benefiting_3216

Pourquoi pas ?

Robert Dembinski: Outre la nouvelle Speedmaster XL 106, la clé du gain de performance a été pour nous le concept d’assistance-conseil Performance Plus contenu dans le contrat. Nous en avons énormément profité, car la nouvelle Speedmaster XL 106 exige un mode de travail totalement différent si l’on veut exploiter à fond les capacités d’automatisation totale de la presse. Pour que nous puissions le faire, les experts de Heidelberg ont analysé tous les processus, en examinant de près chaque détail. Par exemple, les déplacements des conducteurs et comment le papier ou les plaques arrivent sur la presse. Heidelberg nous a montré des amorces de solution et mis au point minutieusement chacune d’elles, en les chorégraphiant pour ainsi dire – même l’élimination des déchets. C’était exactement ce que nous voulions : pousser la productivité à ses limites et être d’égal à égal avec les meilleurs.

Comment savez-vous qui sont les meilleurs ?

Robert Dembinski: Parce que Heidelberg le sait et partage ce savoir avec nous. Nous nous retrouvons une fois par mois en téléconférence et obtenons tous les chiffres dont nous avons besoin. Nous voyons ainsi, par exemple, où nous en sommes en termes de délais de mise en train par rapport à d’autres entreprises qui impriment sur les mêmes presses. Et nous voyons tout de suite où nous avons encore du retard à rattraper.

Où avez-vous pu améliorer nettement vos processus ?

Robert Dembinski: C’était parfois de petites modifications – mais avec grand impact. Nous ne les aurions sans doute même pas trouvées nous-mêmes. Par exemple, biseauter les plaques dès le prépresse et les amener à la presse pour que le conducteur n’ait plus besoin d’aller les chercher. Ou créer une zone de mise à disposition du papier au pied de la presse pour que, là aussi, le conducteur réduise ses déplacements. Cela vaut vraiment la peine de remettre en question chaque opération de mise en train et de l’optimiser en conséquence. Même si une optimisation ponctuelle ne nous fait gagner en fin de compte que dix secondes, elle se chiffre à plusieurs heures pour quelque 15 000 changements de plaque par an. Au total, les diverses optimisations ont réduit d’environ 40 pour cent nos délais de mise en train. Performance Plus a d’ailleurs eu aussi un impact positif sur la productivité des autres machines.

Comment ça ?

Robert Dembinski: Nos conducteurs travaillent en partie sur la Speedmaster et sur d’autres presses. Ils transposent alors aussi naturellement sur d’autres machines le nouveau mode de travail appris sur la Speedmaster. Ainsi, notre presse d’une marque concurrente, vieille de dix ans, est désormais 15 à 20 pour cent plus productive.

{{ media.alt }}
 how_lensing_druck_is_benefiting_4107

Quelle conclusion tirez-vous du modèle de souscription ?

Robert Dembinski: Nous avons dit au départ que nous voulions être le leader de l’innovation et tirer le maximum de performance. C’est exactement ce qui nous permet le modèle : nous avons non seulement la toute dernière presse Heidelberg en service. Mais nous l’exploitons aussi avec la plus grande productivité possible. Finalement, peu importe que la machine m’appartienne ou non : ce qui importe, c’est uniquement qu’elle soit profitable. Et elle l’est. C’est pourquoi je suis un fan du modèle de souscription.

Le bouquet complet nous a en outre aidés de façon très déterminante à réduire la complexité de nos processus, celle-ci étant au total nettement moindre qu’auparavant. C’est ainsi, par exemple, que l’ensemble du processus de commande s’est pour nous radicalement simplifié, Heidelberg disposant de tout ce dont nous avons besoin pour imprimer et se chargeant même de toute la logistique. Le modèle est donc pour nous rentable à bien des égards.

Supposons que vous soyez le gérant d’une petite entreprise. C’est aussi pour ce modèle que vous opteriez ?

Robert Dembinski: Il faudrait voir dans le détail. À mon avis, le modèle ne convient qu’à certaines conditions aux petites entreprises car il faut aussi qu’elles vendent les capacités additionnelles et qu’elles n’en ont éventuellement pas la possibilité. Pour moi, il est important que les imprimeries, quelle que soit leur taille, ne se reposent pas sur leurs propres connaissances, mais soient ouvertes à celles de partenaires externes comme Heidelberg. Même des conducteurs de presse expérimentés peuvent encore apprendre. En imprimerie, il n’y a rien qui ne puisse être encore amélioré.

À quelles améliorations travaillez-vous actuellement pour augmenter encore votre productivité ?

Robert Dembinski: Techniquement, nous sommes déjà bien placés. Mais il y a encore quelques points sur lesquels nous devons progresser, par exemple sur la gâche à la mise en train ou sur la vitesse de tirage. Les domaines dans lesquels il y a encore de la marge se voient dans le comparatif graphique de Heidelberg, listant les paramètres clés de plus d’une centaine d’autres machines. Et je ne serais pas un bon gérant si je ne voulais pas aller là où sont les meilleurs.

{{ media.alt }}
A propos de Lensing Druck

Dans le dernier numéro de Heidelberg News

Les applis fitness pour imprimeries

Les « Digital Services » aident les imprimeries à cibler l’accroissement de leur performance et de leur disponibilité.

Du créneau au succès : LED UV

« La production devient ainsi mieux gérable, les délais de livraison raccourcissent, l’entreposage nécessite moins de place et il y a moins de capital immobilisé dans les produits semi-finis – tout va plus vite »

Téléchargez Heidelberg News (HN)

Heidelberg News (HN) aborde les thèmes brûlants de l'industrie des arts graphiques : numérisation, nouveautés produits, conseils pratiques pour applications et portraits de clients à travers le monde.

Plus d'informations

Comment pouvons-nous vous aider ?

Merci de remplir le formulaire ci-dessous afin que nous puissions répondre à votre demande. *Ces champs sont obligatoires.